Picasso’s Poems: Cubist Word Experiments

Main Article Content

Emilie Sitzia

Abstract

Abstract: While Picasso wrote more than 350 poems and three plays in his lifetime, there is still relatively little academic research on his literary work. In 1935, Picasso stopped producing artworks and chose to focus on writing, which he did daily between 1935 and 1936. He kept producing texts until 1959. Picasso wrote mostly in French and in Spanish --- sometimes mixing both languages in the same poem. Picasso’s French poems are particularly interesting as he was freer to experiment in this language than in his mother tongue. 


While these texts have sometimes been dismissed as the hobby of a middle-aged man, I will argue that they constitute a true extension of Picasso’s work. For Picasso, the border between word and image was fluid, as his own practice of integrating words in his paintings shows. I will demonstrate that in his poems Picasso was applying identical techniques to those used in his visual arts in the pre-1935 period. I will use intersemiotic translation theories to explore different equivalent techniques in his literary and visual production and their impact on the viewer/reader. I will argue that his literary works were not a break from his artistic creation but an expansion of his artistic methods to the written word. Therefore, this literary period should not be seen as “non-productive,” but rather as a generative experimental time in the artist’s career. 


Keywords: Picasso, poetry, intersemiotic translation, cubism  


Résumé: Alors que Picasso a écrit plus de 350 poèmes et trois pièces de théâtre au cours de sa vie, il existe encore relativement peu de recherches universitaires sur son œuvre littéraire. En 1935, Picasso a cessé de produire des œuvres d'art et a choisi de se concentrer sur l'écriture, ce qu'il a fait quotidiennement entre 1935 et 1936. Il a continué à produire des textes jusqu'en 1959. Picasso a écrit principalement en français et en espagnol, parfois en mélangeant les deux langues dans un même poème. Les poèmes français de Picasso sont particulièrement intéressants car il paraît plus libre d'expérimenter dans cette langue que dans sa langue maternelle.  


Si ces textes ont parfois été considérés comme le passe-temps d'un homme d'âge mûr, je défends ici l’idée qu'ils constituent une véritable extension de l'œuvre de Picasso. Pour Picasso, la frontière entre mot et image était fluide, comme le montre sa propre pratique d'intégration des mots dans sa peinture. Je démontre dans cet article que dans ses poèmes, Picasso appliquait des techniques identiques à celles utilisées dans ses arts visuels avant 1935. J'utilise les théories de la traduction intersémiotique pour explorer différentes techniques équivalentes dans sa production littéraire et visuelle et leur impact sur le spectateur/lecteur. Je soutiens que ses œuvres littéraires n'étaient pas une rupture de sa création artistique mais une extension de ses méthodes artistiques à l'écrit. Par conséquent, cette période littéraire ne doit pas être considérée comme "non productive", mais plutôt comme une période générative expérimentale dans sa carrière d'artiste. 


Mots clés: Picasso, poésie, traduction intersémiotique, cubisme  

Article Details

Section
Various Articles