When Can a Walk be Considered a Narrative?

Main Article Content

Sam Christie

Abstract

Abstract:

This article considers to what extent a long distance walk, and indeed the memory of that walk, may generate a narrative, as investigated by theorists such as Roland Barthes, by virtue of the very things central to the experience of walking in this way. These things include sudden deviations created by unseen contingencies, encounters and subsequent responsive improvisations or simply dynamic shifts in landscape, resulting in pace change or some other alteration of focus. When we speak of, for example, signposting or the cardinal in relation to narrative, to what extent should we take seriously the relationship between terms used in this way and the way in which they are used to provide geographical structure?


Résumé:

Cet article analyse la manière dont une longue marche, puis le souvenir de cette marche, peuvent générer un récit, au sens que donnent à ce terme des théoriciens comme Roland Barthes.et ce à l’aide des caractéristiques propres à l’expérience même d’une marche faite dans cette perspective. Ces caractéristiques incluent par exemple des déviations soudaines crées par des aléas imprévus, des rencontres et toutes sortes d’improvisations auxquelles elles donnent lieu ou tout simplement les changements continuels du paysage qui se traduisent par des changements de rythme ou de focus. Lorsque nous parlons par exemple de signes indicateurs ou de point cardinal en rapport avec le récit, dans quelle mesure devons-nous prendre au sérieux le lien entre de tels mots et la manière dont ils tendent à structurer la géographie ?

Article Details

Section
Various Articles